Au Burkina...

Publié le par Cerise

Ouagadougou le 14 mai 2010

 

Quelle chaleur, papa m’avait pourtant prévenu, « l’Afrique, c’est l’Enfer » ! Mais là, c’est vraiment très loin de ce que j’aurais pu imaginer. Heureusement qu’il y a les ventilos qui tournent jour et nuit ! D’ailleurs, ils attirent autant mon attention que les velux chez mes grands-parents en France ! Je passe des heures à les regarder tourner au plafond Et puis, en France, je raffolais déjà des bains qui me permettaient de me relaxer en fin de journée ! Ici, j’y ai droit au moins trois fois par jour, et pas besoin de faire chauffer l’eau, elle sort tiède des robinets !

 

Papa m’a acheté une tente genre la « 3secondes » de chez Décathlon sauf qu’il n’y a pas de toile, une simple moustiquaire suffit, on la plie et l’emporte partout : je peux squatter et rester éloignée des méchants moustiques porteurs de maladies pas terribles selon maman (fièvre jaune, palu…). Je sors couverte quoi !!!!

 

A peine arrivées à Ouaga, qu’on est partis à Diébougou, c’est là-bas que mes parents se sont rencontrés, j’y ai vu la famille et leurs amis, c’était sympa. On m’a offert du savon pour laver les vêtements, c’est la coutume et même un coq qu’on a mangé direct le lendemain midi et oui, pas vraiment envie de voyager avec lui dans le car qui nous ramenait sur Ouaga !

On est allé passer une journée au village de papa, ça s’écrit Zolo mais moi, j’arrive pas à prononcer (maman non plus). Il fait faire quelques kilomètres de goudron puis on bifurque dans la brousse ça secouait tellement dans le véhicule que je me suis endormie. Là –bas les enfants sont pas très pudiques et on y lève le coude autant qu’en Bretagne ! Tout le monde a voulu me prendre dans ses bras, imaginez « un bébé blanc ». Grand papa m’a même mis deux gouttes de dolo dans la bouche, j’ai aimé, il parait que ça ressemble au cidre mais papi, lui, ne m’a jamais fait goûter !

 

Mes parents ont décidé de me percer les oreilles parce qu’au Burkina les petites filles le font dès la naissance. Ca a fait un peu mal mais dorénavant plus personne ne demandera si je suis fille ou garçon !!!

 

Je circule un peu en moto, ne vous inquiétez pas : toujours en dehors des heures de pointe et bien évidemment à la nuit tombée ! Maman me glisse dans le porte-bébé entre elle et papa et dès la moto allumée, je m’endors au son du moteur ! Maman me porte aussi un peu sur son dos avec un pagne mais je crois qu’elle n’ose pas encore sortir comme cela pourtant, j’adore, cela me berce et je m’endors dans le creux de son dos ! Côté alimentation, comme ma cousine Tina, je refuse le biberon mais, j’accepte tout de même un peu d’eau à la petite cuillère et oui, il fait tellement chaud !

 

Mes parents disent que vous êtes tous les bienvenus, ma maison est sympathique : un grand salon et deux chambres, y’a même l’eau courante et l’électricité pour rassurer certain(e)s ! Le quartier est sympa, un grand marché à 5 minutes et des voisins partout : contrairement à Diébougou, on entend plus les gens que les moutons ! Des nouvelles de mes parents ! Maman, elle tourne, elle tourne, chaque matin à la recherche d’un nouveau job : ça avance petit à petit ! Quant à Papa, il fait la même chose mais l’après-midi. Maman a repris quelques couleurs et Papa me berce de nouveau ! On est bien tous les 3 !

 

Une jeune fille vient chaque matin aider à la maison, elle aurait pu être ma future nourrice mais mes parents en ont décidé autrement ! Je crois bien que lundi, une autre Dame doit venir ! Côté alimentation, le lait de maman a un nouveau goût : arachide, mangue, banane, mil… C’est pour ça que je refuse le lait industriel. Imaginez-vous… que de nouvelles saveurs !!!

 

Bon, il est temps d’aller se coucher, il est 20H, la nuit est tombée depuis plus d’une heure.

@ bientôt,

Ella

Publié dans Burkina Faso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article